Actualités

Infos espèces envahissantes

Présente dans bien des conversations…

Elle fait l’objet de supputations, d’interrogations, parfois d’inquiétude voire de  controverses….

Et, non ! Ce n’est pas de l’ouverture plus ou moins réussie, de la crainte d’une saison par trop identique à la dernière, de la bonne nymphe ou de la meilleure façon de monter un plombier dont il est question.

Non ! Rien de tout cela….

Mon propos du jour est bien plus préoccupant.

Je veux vous entretenir du risque lié à l’éventuelle arrivée, dans notre lac, de la moule Quagga.

Si certains d’entre vous en ont déjà entendu parler ou, peut-être même, sont allés voir ce qu’il s’en disait sur Internet, pour d’autres elle reste un mot lié à de vagues inquiétudes perçues au hasard de conversations.

Commençons donc par préciser de qui nous parlons.

La Quagga (Dressenia bugensis de son nom scientifique) est une petite moule, proche  parente de la moule zébrée (Dressenia polymorpha) déjà présente dans le lac d’Annecy.

Comme sa cousine, la Quagga est une espèce invasive, c’est-à-dire non originaire du lac. Elle nous vient de la Mer Noire et a déjà été identifiée dans nombre de lacs Suisses et Français (Léman, Neuchâtel, Constance, Morat, Bourget)  mais aussi dans plusieurs lacs d’Amérique du Nord.

Dans « invasive » on entend presque invasion et c’est bien cet aspect-là qui nous préoccupe.

En effet la moule Quagga est bien mieux adaptée que sa cousine pour investir, envahir un milieu.

Capable de vivre jusqu’à des profondeurs de 80 à 100 mètres quand sa cousine zébrée descend rarement en dessous de 20 m , de se reproduire  dès 5° quand il faut entre 12° et 15° minimum à sa cousine, de coloniser des milieux sédimentaires vaseux alors que sa cousine a besoin d’un support solide, elle dispose de tous les atouts nécessaires pour envahir la totalité des fonds du lac d’Annecy et y proliférer.

D’accord, me direz-vous, mais comment empêcher son arrivée ?

Outre des décisions politiques que nous défendrons auprès des élus locaux dans les instances concernées, un certain nombre de gestes relativement simples peuvent être effectués par les pêcheurs.

Si vous décidez d’aller pêcher sur un autre lac que celui d’Annecy, vous devez impérativement dès la sortie de votre bateau :

  • vider tout récipient ayant contenu de l’eau du lac,
  • vidanger le fond du bateau,
  • faire tourner votre moteur un court instant pour en évacuer l’eau du système de refroidissement,

Puis de retour à votre domicile et en prenant soin d’effectuer les opérations suivantes sur une surface dépourvue de réceptacle des eaux pluviales :

  • nettoyer la coque au moyen d’un jet haute pression (avec une eau à plus de 50° c’est encore mieux),
  • même opération pour la remorque,
  • laisser sécher votre bateau pendant au moins 4 jours entiers (temps nécessaire pour qu’une larve de la moule, encore présente dans une petite partie humide, meure)

C’est certes contraignant, mais notre lac et ses poissons valent bien ces quelques efforts.

Quelques liens ci-dessous pour ceux qui auraient  des doutes ou qui voudraient en savoir plus et parfaire leurs connaissances.

https://www.sila.fr/wp-content/uploads/2022/05/2022-05_SILA_SupportInfoQuagga_compressed.pdf

https://www.cisalb.fr/La-moule-quagga

https://www.cipel.org/moulequagga-2021/

https://www.tdg.ch/linvasion-de-la-moule-quagga-se-poursuit-inexorablement-325532445029

https://info.vd.ch/canton-communes/2021/juin/numero-60/la-moule-quagga-et-les-especes-exotiques-envahissantes-agir-maintenant-pour-lavenir

https://mffp.gouv.qc.ca/la-faune/especes/envahissantes/moule-quagga/

https://www.fr.ch/daec/eau/actualites/la-moule-quagga-est-presente-dans-le-lac-de-morat

Mentions légales   -   AAPPMA Annecy Lac Pêche © 2022